Une exposition déambule dans la cathédrale de Lausanne

Et si vous poussiez les portes de la cathédrale de Lausanne? Jusqu’au 13 juin, le célèbre monument gothique abrite des invitées très spéciales: Luciano Xavier dos Santos y expose une vingtaine de maquettes qu’il a lui-même réalisées et qui représentent des cathédrales européennes à l’échelle 1:200. Un ouvrage colossal, puisque chaque pièce nécessite deux à trois mois de travail.

Ces œuvres étonnantes sont le fruit d’une véritable passion pour l’architecture gothique. Durant ses études d’histoire de l’art dans la ville brésilienne de Vitória, l’artiste a en effet la chance de croiser la route d’une professeure captivante: «Elle m’a transmis son grand intérêt pour le Moyen Âge. Elle avait d’ailleurs effectué son doctorat en France, ce qui lui avait offert la possibilité de visiter de nombreux monuments médiévaux. Je rêvais d’admirer ces merveilles architecturales à mon tour».

Luciano Xavier dos Santos concrétisera son projet et finira par émigrer en France, avant de s’installer en Suisse. En 2015, il expose pour la première fois des maquettes de cathédrales, à Fribourg. Mais elles étaient alors monochromes et de taille relativement modeste: «L’envie m’est venue par la suite de créer des œuvres plus grandes, de manière à pouvoir reproduire certains détails, comme les sculptures ou les gargouilles qui ornent les bâtiments. J’ai aussi voulu donner l’occasion au public de jouir d’une vue plongeante sur les monuments, un peu comme un oiseau qui les survolerait».

Luciano Xavier dos Santos, dans son atelier de maquettes fribourgeois

A n’en pas douter, le résultat est tout à fait remarquable. Grâce aux œuvres de Luciano Xavier dos Santos, vous pourrez comparer les cathédrales et les examiner sous toutes leurs coutures. D’ailleurs, savez-vous laquelle d’entre elles possède la tour la plus haute? Notre-Dame de Paris est-elle vraiment la plus grande église de France? Pour le découvrir, une visite s’impose…

Informations pratiques : l’exposition se tiendra jusqu’au 13 juin 2021 (tous les jours de 9h à 19h). L’entrée est libre.

Ne partez pas si vite!

La cathédrale de Lausanne a été construite entre 1170 et 1235 (en raison de la rareté des documents disponibles, les dates sont approximatives). Le 19 octobre 1275, la cérémonie de consécration a lieu en présence de l’empereur Rodolphe de Habsbourg et du pape Grégoire X. Des évêques, des princes, des cardinaux, des comtes prennent eux aussi part aux festivités. En ce jour, Lausanne se retrouve par conséquent au cœur de la chrétienté, traversée par les plus hauts représentants des pouvoirs spirituel et temporel. Ah! Qu’il est doux d’être au centre du monde.

Après avoir contemplé les maquettes de Luciano Xavier dos Santos, ne manquez pas de jeter un œil aux trésors qui peuplent la cathédrale. Petit florilège des pépites à observer sans modération, que vous retrouverez facilement dans le bâtiment, grâce au plan ci-dessous.

Plan de la cathédrale de Lausanne
Plan de la cathédrale de Lausanne

1 – Le portail Montfalcon

L’entrée principale actuelle se singularise par son portail, dont les travaux ont commencé en 1515. Le chantier n’est cependant pas encore achevé lorsque les Bernois envahissent le Pays de Vaud en 1536. On restaurera l’ensemble au XVIIIe siècle.

Toutefois, son aspect actuel est bien plus récent encore et date d’un profond travail de reconstruction, entre 1892 et 1909. Pour l’anecdote, apprenez que certaines statues, qui représentent des personnages de l’Ancien Testament, ont les traits des restaurateurs de cette époque.

Par ailleurs, le socle situé entre les deux portes est vide. Au début du XXe siècle, dans un canton de Vaud profondément protestant, il a été jugé peu opportun d’ériger une statue de la Vierge à cet emplacement…

Portail Montfalcon

2 – Le narthex

Avant de pénétrer dans la nef, prenez le temps de lever les yeux. Des fresques et trois statues se trouvent devant vous. Une sculpture de la Vierge surplombe le roi Salomon (à gauche) et la reine de Saba (à droite). Notez que les deux personnages féminins n’ont plus de tête. En effet, à l’image de nombreuses représentations religieuses, ces statues ont subi les coups de pioche iconoclastes de la Réforme.

3 – La grande travée

Depuis votre emplacement, vous jouissez d’une vision d’ensemble de la nef. Cette longue partie centrale évoque un navire renversé, métaphore de la barque dans laquelle le Christ enseignait sa parole à ses disciples, sur le lac de Tibériade.

4 – Les stalles de Montfalcon

Les stalles, qui sont des sièges réservés au clergé, datent de 1509. Elles sont un signe parmi tant d’autres du faste qui a caractérisé la cour d’Aymon de Montfalcon, évêque de Lausanne entre 1491 et 1517. Ce dernier, auquel nous devons des poèmes, était entouré de nombreux artisans chevronnés. Il a également exercé des fonctions politiques, puisqu’il a été plusieurs fois ambassadeur de la Savoie auprès de la Confédération.

5 – Le major Davel

Avant de contempler la rose, lisez la plaque commémorative en l’honneur du major Davel, qui fut condamné à mort en 1723 pour s’être rebellé contre le régime bernois. Lorsque le canton de Vaud est devenu pleinement souverain en 1803, ce personnage a été élevé au rang de héros de la liberté.

6 – Le déambulatoire

C’est ici que se tient l’exposition de maquettes. Il s’agit de la partie la plus ancienne de la cathédrale, dans la mesure où elle date de la seconde moitié du XIIe siècle. Vous y croiserez de nombreux monuments funéraires et, si vous êtes attentif, un grillage qui donne accès au sous-sol de l’édifice. Il s’y trouve des vestiges des églises qui s’élevaient jadis à l’emplacement de la cathédrale. Il n’est possible d’y entrer qu’à certaines occasions, accompagné d’un guide.

7 – La rose

Après avoir emprunté le déambulatoire, vous ferez face à la splendide rose de la cathédrale, déjà signalée au début du XIIIe siècle. Les vitraux, qui expriment par leur agencement la croissance d’une rose, mettent en scène la Création ordonnée par Dieu le Père, que l’on discerne au centre de l’ensemble. Dans les parties périphériques, les saisons, les mois et les signes du zodiaque sont figurés. Hautement symbolique, la rose est par conséquent une représentation de l’espace et du temps.

8 – La chapelle de la Vierge

Vous voici maintenant dans la chapelle de la Vierge. C’est à cet endroit que de nombreux pèlerins venaient solliciter le secours de la mère du Christ, avant l’introduction de la Réforme.

9 – Le portail peint

Portait peint de la cathédrale de Lausanne

Vous vous trouvez là devant l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la cathédrale. Le portail peint, datant de 1220 environ, est dédié à la Vierge. Il surplombe ce qui était à cette époque l’entrée principale de l’édifice. Aujourd’hui, les sculptures sont protégées par de grandes vitres. Il n’est plus possible d’accéder à la cathédrale par ce portail.

Observez maintenant l’ensemble. On y reconnaît le Christ en majesté dans une mandorle. Plus bas, les scènes de la mise en tombeau et de la résurrection surmontent des sculptures de figures bibliques (Moïse, Jean-Baptiste et Siméon sur la gauche; l’archange Michel au centre; Pierre, Paul et Jean sur la droite). La Vierge se trouve à la droite du Christ et attend son couronnement.

Détail du portail peint de la cathédrale de Lausanne

10 – Le beffroi

Dirigez-vous maintenant vers l’entrée du beffroi, cette tour qui abrite les cloches de la cathédrale. En échange de quelques francs, vous pourrez monter jusqu’au sommet de l’édifice. On murmure qu’il n’est pas de plus beau point de vue pour observer Lausanne et sa région. Vous n’apercevrez certes plus les murailles médiévales, disparues il y a bien longtemps. Mais la grandiose forteresse que sont les Alpes vous coupera le souffle.

Yannis Amaudruz, pour Helvetia Historica

Vous souhaitez en apprendre davantage sur l’histoire de votre région? Alors n’attendez plus, et découvrez mon livre en cliquant ici.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Couv_lieux-secrets_def-1024x724.jpg.