A quoi votre ville ressemblait-elle il y a 350 ans?

Un certain Matthaeus Merian*, né à Bâle, accomplit un travail prodigieux au milieu du XVIIe siècle: il réalise des gravures qui représentent les villes et leurs monuments. Accompagnées de textes descriptifs rédigés par Martin Zeiller, toutes les illustrations sont rassemblées sous le nom Topographia Germaniae, œuvre publiée en 16 volumes. Le premier d’entre eux s’intitule Topographia Helvetiae, Rhaetiae et Valesiae. Il s’agit d’une création unique de par son ampleur: elle nous permet d’avoir accès aujourd’hui encore à l’apparence qu’avaient les villes de la Suisse actuelle dans les années 1640.

Nous vous proposons une sélection de cartes afin de partager avec vous ce trésor de l’illustration géographique. Pour agrémenter le dépaysement temporel, nous vous offrirons parfois quelques chiffres ou anecdotes au sujet des villes retenues.

Bonus ludique: Mettez vos connaissances à l’épreuve et retrouvez dans quel canton actuel se trouve chacune des cités. Ces dernières sont énumérées aléatoirement pour pimenter le défi. Les réponses se trouvent au bas de l’article. Indiquez votre score dans les commentaires: vous pourrez ainsi comparer votre résultat avec les autres participants. Bonne balade… et ne vous perdez pas en chemin!

Berne (1)

14’219 habitants en 1700. Berne, comme l’ensemble des cantons réformés, accueille des réfugiés huguenots à la fin du XVIIe siècle. Certains d’entre eux participent à l’économie locale, en ouvrant des ateliers et des manufactures. 

Berne

Oron (2)

Oron

Neunkirch (3)

Neunkirch

Vevey (4)

Vevey

Liestal (5)

Liestal

Winterthour (6)

2’041 habitants en 1643. Les épidémies de peste continuent à faire des ravages: en 1611, la maladie est particulièrement meurtrière, faisant diminuer de moitié la population de la ville.

Winterthur

Aarau (7)

Vraisemblablement entre 1’200 et 1’800 habitants vers 1650. Dans les écoles, les garçons sont séparés des filles à partir de 1622. La fonderie de cloches et l’armurerie jouent un rôle important dans l’économie locale du XVIIe siècle.

Aarau

Aarberg (8)

Aarberg

Avenches (9)

Avenches

Zurich (10)

8’621 habitants en 1637. Protestante, la ville interdit le théâtre en 1624: Rousseau n’est ainsi pas le premier réformé à se préoccuper de l’influence de l’art dramatique sur les mœurs… En 1685, une église française est établie pour les huguenots qui fuient la France, après la révocation de l’édit de Nantes.

Zurich

Aarburg (11)

Aarbourg

Saint-Maurice (12)
Saint-Maurice
Zoug (13)

Vraisemblablement entre 500 et 2’000 habitants vers 1650.

Zoug

Sempach (14)

Environ 550 habitants vers 1695.

Sempach

Lausanne (15)

Environ 5’100 habitants vers 1650. Soumise au régime bernois depuis 1536, Lausanne voit son développement compromis par Leurs Excellences, qui ne veulent pas que la cité vaudoise fasse de concurrence à Berne. Ainsi, elle n’obtient pas la permission de construire un port moderne en 1690.

Lausanne

Nyon (16)

Nyon

Frauenfeld (17)

Frauenfeld

Bâle (18)

17’000 habitants à la fin du XVIIe siècle. Bâle ne cesse d’agrandir son territoire et l’essor démographique est important: jusque dans les années 1650, la campagne accueille la population qui ne trouve plus de lieu pour vivre en ville. Par la suite, les terres manquent, avant que l’évolution de l’agriculture n’offre de nouvelles possibilités au XVIIIe siècle.

Bâle

Appenzell (19) et Herisau (20)

Appenzell et Herisau

Lucerne (21)

Environ 4’000 habitants en 1654. La ville connaît un développement important durant tout le XVIIe siècle: nouvel hôtel de ville, ouverture d’un couvent pour les ursulines et d’un hôpital ou encore construction de maisons de maître.

Lucerne

Morat (22)

750 habitants en 1657.

Morat

Einsiedeln (23)

Einsiedeln

Waldenburg (24)

325 habitants en 1698.

Waldenburg

Fribourg (25)

La démographie de la ville n’a pas encore fait l’objet d’une étude pour le XVIIe siècle: les chiffres nous sont dès lors inconnus. Cependant, Fribourg compte environ 6’000 habitants vers 1450 et 5’117 en 1798. La chapelle de Lorette, réalisation baroque surplombant la cité, est construite en 1647-1648.

Fribourg

Schaffhouse (26)

Schaffhouse

Saint-Gall (27)

Environ 6’000 habitants en 1680. Comme à Zurich, une église française est fondée en 1685 pour les huguenots venus de France.

Saint-Gall

Bienne (28)

Bienne

Lugano (29)

3’278 habitants en 1643. On trouve des traces écrites de l’existence de la sériciculture dès 1644. Sériciculture? L’élevage du ver à soie.

Lugano

Baden (30)

Baden

Bellinzone (31)

Vraisemblablement moins d’un millier d’habitants en 1650.

Bellinzone

Genève (32)

12’250 habitants en 1650. Dès 1699, une organisation s’occupe des questions de salubrité publique: on assainit, on crée les égouts couverts, on évacue les déchets hors de la ville.

Genève

Neuchâtel (33)

Neuchâtel

Coire (34)

Coire

Sion (35)

1’835 habitants en 1610. La Diète valaisanne décide de demeurer catholique en 1604. Certains protestants quittent alors la ville.

Sion

 

Réponses:

1: Berne

2: Vaud

3: Schaffhouse

4: Vaud

5: Bâle-Campagne

6: Zurich

7: Argovie

8: Berne

9: Avenches

10: Zurich

11: Argovie

12: Valais

13: Zoug

14: Lucerne

15: Vaud

16: Vaud

17: Thurgovie

18: Bâle-Ville

19: Appenzell Rhodes-Intérieures

20: Appenzell Rhodes-Extérieures

21: Lucerne

22: Fribourg

23: Schwytz

24: Bâle-Campagne

25: Fribourg

26: Schaffhouse

27: Saint-Gall

28: Bienne

29: Tessin

30: Argovie

31: Tessin

32: Genève

33: Neuchâtel

34: Grisons

35: Valais